Billet Iphae

Ce que nos vœux révèlent !

Mais pourquoi donc formuler des vœux de bonne année ?

La chercheuse Stavroula Katsiki tente de répondre à la question dans une thèse passionnante dont on peut lire le chapitre 2 en ligne. L’intérêt me semble-t-il est de comprendre ce qui compte le plus pour nous, lors des vœux de bonne année

L’appel à une instance supérieure

Notre vœu s’adresse à quelqu’un pour lui montrer notre désir qu’il lui arrive quelque chose de bon. Certains vœux s’échangent au cours de fêtes rituelles : nouvelle année, fêtes religieuses, anniversaire … d’autres vœux concernent des situations ponctuelles : on souhaite un prompt rétablissement à un malade, du bonheur à des mariés, la réussite à un porteur de projet… Est-ce que cela sert à quelque chose ? Pas vraiment, au sens où prononcer un vœu n’a aucune efficacité magique, …même s’il nous arrive de croiser les doigts pour conjurer la conséquence néfaste d’un vœu trop intense. 

Car, à la différence de la promesse ou de l’engagement, le vœu fait appel à une instance extérieure. Comme si les mots avaient un pouvoir, et que leur prononciation nous permettait d’influencer le monde selon notre désir. Dire Bonne Année c’est en appeler au destin, à une bonne fée, à la puissance des mots, bref, convoquer ou invoquer une instance supérieure, pouvoir de la formule, de la magie ou du surnaturel, comme on voudra. Un vœu de bonne année concerne l’année qui débute, qui par définition est incertaine. 

Du stéréotype à la sincérité

Les vœux de bonne année sont également stéréotypés. Les paroles prononcées sont définies. Elles constituent alors un refuge acceptable conduisant à une réciprocité plutôt superficielle. Par cet échange sans investissement particulier, on alimente un minimum de relation sociale. Une convention pratique qui permet d’introduire ou de poursuivre une relation sans intrusion. Un prétexte sans danger pour construire ou reconstituer notre réseau. 

Mais offrir ses vœux va généralement plus loin. La condition de sincérité veut dépasser les clichés et les formules mécaniques pour mettre en évidence l’authenticité. Derrière le discours poli,on souhaite instaurer une relation personnelle. On ajoute alors les mots sincèrement, du fond du cœur qui attestent de notre bonne foi. Surtout, l’intonation, la sensibilité, l’émotion que l’on y met portent la marque de notre engagement. A contrario, des vœux prononcés sans intensité ni regard peuvent constituer une provocation.

De la gratuité à l’altérité

Les vœux s’adressent à un autre que soi-mêmeC’est un cadeau verbal. On veut faire plaisir. Prononcer des vœux suppose de sortir de soi-même, avoir le souci de l’autre, lui accorder la priorité et parfois même, préférer son bonheur au sien propre. Le malade qui souhaite bonne santé à son ami, le travailleur qui souhaite de bonnes vacances alors que lui-même ne part pas, est une façon très humaine de montrer aux autres qu’ils sont précieux dans notre vie

Le vœu peut alors devenir un concentré d’humanité. Par son altérité, il s’adresse gratuitement aux autres, il est bienveillant et généreux. En même temps il n’est qu’un vœu, on a beau vouloir le meilleur, on reste impuissant devant certains destins cruels. Le vœu est la manifestation paradoxale de notre bienveillance et de notre limite, l’expression d’un désir vrai sans pouvoir absolu. Mais un vrai pouvoir tout de même, car offrir ses vœux c’est admettre que l’autre est précieux pour nous, qu’il nous importe de le lui dire : cela produit un bien-être, une joie, une gratitude chez ceux qui en mesurent la sincérité.

Permettez-moi de faire appel à d’illustres prédécesseurs, qui diront mieux que moi-même, les vœux que je vous souhaite pour cette nouvelle année 2020.

Vœux célèbres

« Puisse cette année vous être douce, vous apporter la verve, la joie, épargner votre santé, épargner vos amitiés, ne vous enlever personne de ceux auxquels vous tenez, vous apporter au contraire de nouvelles affections pour combler les places vides que fait la mort ou, ce qui est plus triste, le flot montant de la vaste indifférence. Soyez aimé, apprécié, compris, sinon de tous, au moins d’un bon nombre ; vous le savez, c’est mon plus cher désir »

Filleule d’Amiel le 1er janvier 1880

« Embaumons l’année naissante avec ces étrennes du cœur. Merci aux bons cœurs et aux belles âmes »

Réponse d’Amiel

« Saluons ensemble cette nouvelle année qui vieillit notre amitié sans vieillir notre cœur »

Victor Hugo à Alfred de Vigny, 29 décembre 1824

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

×