Billet Iphae

L’avenir est dans la simplicité astucieuse et … humaine

Ce n’est pas un conte de Noël mais l’histoire reste étonnante par l’ingéniosité de son héros. Nick D’Aloisio, un jeune britannique de 18 ans, a vendu en mars dernier une application informatique à Yahoo ! pour 30 millions de dollars.
Tout commence en 2011, alors qu’il révise ses examens : lire de longs articles lui parait fastidieux avant de trouver enfin la bonne information. « Je me suis demandé, écrit-il, pourquoi il n’y avait pas une meilleure manière pour que les gens puissent prévisualiser l’information avant de s’y plonger plus profondément« . Alors ce passionné de linguistique conçoit un algorithme qui choisit automatiquement dans un article, les groupes de mots ou les phrases qui résument au mieux l’idée générale. C’est l’origine de Slummysélectionnée par Apple parmi les meilleures applications Iphones de l’année !

« L’information est vraiment importante -écrit-il sur son blog- et je crois que ma génération ne s’y intéresse pas autant qu’elle devrait » . Cette affirmation mérite qu’on s’y arrête; elle gagne à être rapprochée d’une conférence de Michel Serresà l’INRIA en 2007 qu’il reprend dans son livre « Petite poucette ». L’information -dit-il en substance- peut être considérée comme la matière première de toute civilisation, reçue par nos sens, stockée dans notre mémoire, traitée par notre intelligence et transmise par la parole. Ce cycle vaut également pour l’activité professionnelle, pourrait-on ajouter dans la même ligne. L’information est un enjeu si essentiel de la vie des entreprises qu’on a pu en effet en faire la matière-même de l’activité professionnelle : « l’économie de la connaissance » est une expression qui souligne combien l’information n’est pas seulement utile pour produire, mais qu’elle peut devenir à la fois la matière première (un article long), le traitement (l’algorithme inventé par Nick) et le produit fini (un résumé rapidement lisible par tous).
La saga du jeune Nick D’Aloisio pourrait rendre méfiants les partisans de la lecture lente et de l’effort à investir sur des textes difficiles. Mais ce serait lui faire un mauvais procès. L’invention ne consiste pas ici à renoncer à toute lecture approfondie, mais à sélectionner celle qui nous convient dans le cadre d’un projet et d’un temps limité. Elle peut donc inspirer une série de bonnes pratiques qui tournent autour de la simplicité.
D’abord, ce type de service répond à un besoin simple : comment savoir si cet article long m’intéresse vraiment ?
Ensuite, l’outil proposé est lui-même simple, même s’il est fondé sur une expertise côté production. Nick est un jeune prodige passionné d’algorithmes complexes, ce qui va lui permettre de réaliser son projet. « L’ennui des bonnes idées c’est qu’elles dégénèrent en dur labeur » aurait dit non sans humour Peter Drucker, et effectivement, il ne faut jamais négliger la quantité impressionnante de travail et de technicité qui se cache dans un produit ou service aux allures simples.
Enfin, il s’agit d’une simplicité innovante. Elle s’établit sur des savoirs transverses : c’est parce que Nick est capable de créer des liens entre linguistique et algorithme innovant, qu’il peut répondre à un besoin concret.
Ainsi, ces trois ingrédients sont incontournables pour la réussite d’un projet : l’attention aux vrais besoins, l’énergie considérable pour faire aboutir un projet simple et la créativité par la relation agile entre différents savoirs experts… Sans oublier un brin d’impertinence presque toujours présent dans une activité créative : Nick a osé développer son application pour éviter la lecture linéaire, pénible et finalement stérile de longs articles qui n’entrent pas vraiment dans le champ de sa recherche.
Tout cela fait partie d’une doxa économique souvent évoquée par les consultants en la matière. Mais cette approche aurait un parfum excessif d’utilitarisme si on ne la rattachait pas à l’acteur principal de l’économie et de toute activité professionnelle : l’être humain. L’innovation, les solutions ingénieuses et d’une façon plus générale l’information elle-même, servent en définitive des personnes qui cherchent à améliorer leur qualité de vie par des moyens plus simples, sans être nécessairement plus riches de sens.
Mais ceci est une autre histoire…

SAGESSE ET HUMOUR

  • « La simplicité est la sophistication suprême » Léonard de Vinci
  • « Une fois résolu, un problème est d’une simplicité atterrante. » Paul Coelho
  • « La simplicité véritable allie la bonté et la beauté  » Platon

« De plus en plus d’occidentaux souhaitent simplifier leur mode de vie. Un mouvement culturel de fond connu sous le nom de « simplicité volontaire » est en plein essor en Amérique du Nord et eu Europe. Ce mouvement incite les individus à des pratiques volontaires consistant à réduire leurs biens matériels ou à accroître leur autosuffisance afin de parvenir à une qualité de vie plus simple, plus riche et pleine de sens. Des études montrent que 15 à 28 % des Américains ont déjà adopté volontairement un style de vie simplifié. Il existe même un terme pour désigner les membres de ce nouveau mouvement : les « simplicitaires ». »  Radjou, Prabhu et Ahuja in L’innovation jugaad

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

×