Billet Iphae

Pokemon GO et Management

Le succès considérable de l’application Pokemon GO cet été a définitivement intégré la réalité augmentée dans notre vie quotidienne. Certains s’offusqueront de l’aspect débilitant d’un jeu où il s’agit de chercher et de capturer des petites bébêtes virtuelles situées dans des lieux publics et que l’on peut « voir » à travers son téléphone portable. « Chic ! Un nouveau jeu pour favoriser les échanges, la curiosité et l’attention à l’autre » lance Laurence Rossignol avec ironie.

La réalité virtuelle se limite-t-elle donc à un gadget plus ou moins ludique ? Regardons :  Metro Paris permet à tout visiteur de Paris de trouver immédiatement grâce à son téléphone les stations de métro les plus proches en indiquant la direction à suivre, la distance etc. Impressionnante : l’application Google traduction permet, lorsque vous êtes dans un pays étranger dont vous ne comprenez pas la langue, de déchiffrer immédiatement un panneau d’information en pointant votre téléphone sur un texte court. Le téléphone devient portail d’informations, dictionnaire en temps réel. Mais il existe aussi des applications éducatives :  l’application Star walk permet, en dirigeant votre téléphone vers le ciel étoilé, d’identifier immédiatement les étoiles, les constellations, les planètes et de renvoyer à des sites d’informations pertinents.

Le virtuel peut donc bien augmenter la réalité, en ajoutant un calque intelligent, informatif, à la réalité que tout un chacun peut observer. C’est un outil qui donne ou révèle le sens.

Mais quel rapport avec les pratiques managériales ?

Peuvent-elles être « augmentées » grâce à des applications pertinentes ? Dans son livre « Le management augmenté » (2013), Dominique Turcq remarque que l’augmentation d’information technique (il parle d’infobésité) correspond à une diminution de notre pouvoir humain : on ne peut pas tout trier ou absorber. Il développe pourtant l’idée stimulante que le manager peut utiliser des « apps » pour améliorer son management.  Evidemment, il ne s’agit pas d’installer des applications techniques comme dans un téléphone, mais plutôt d’utiliser volontairement des schémas mentaux pour obtenir une lecture plus fine de la réalité, plus rapide, plus pertinente. En somme changer de regard grâce à de nouveaux critères de lecture.

Par exemple l’application baptisée « MAUSS » en référence au « père de l’anthropologie française ». « Il s’agit, à l’aide de Mauss de prendre la mesure des vrais enjeux de l’entreprise ».

Quelle conception de l’humain pilote nos pratiques managériales et permet de les augmenter ?

Pour nous, répondre à cette question suppose de sortir du discours unilatéral de la performance pour développer une vision systémique. L’anthropologie est une vision de la personne, et la personne humaine doit être abordée comme un être multidimensionnel : capable de sens (homo sapiens), d’organisation de son environnement, de relations avec les autres, de production. Du point de vue de l’anthropologie, nier l’une de ces dimensions, c’est amputer la personne de quelque chose d’essentiel, les intégrer ensemble, c’est pratiquer un management augmenté.

SAGESSE ET HUMOUR

  • “Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité.” Victor Hugo
  • “Il devrait y avoir un bouton sur la télévision pour augmenter le volume d’intelligence. » De Buell Gallagher
  • “Ce qui fait croire à la force l’augmente.” Cardinal de Retz

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

×